Tétine, pour ou contre ? Les six résultats d’études scientifiques que les parents devraient connaitre.

 

Pour ou contre la tétine chez l’enfant?

Elle s’appelle tétine en France, ou lolette en Suisse, même nouki dans le Jura. Les Canadiens parlent de sucettes. Elle permet de calmer les bambins et constitue donc une alliée de choix des parents. Mais vous n’êtes pas sans savoir qu’elle a ses détracteurs. Voici les résultats scientifiques de six études qui peuvent aider les parents à comprendre comment et quand l’utiliser. Essayons donc de faire le point.

Un peu d’histoire, la tétine de nos ancêtres
L’être humain semble l’avoir utilisée depuis très longtemps. Les premières traces écrites remontent à 1800 ans (Soranos d’Ephèse, Traité des maladies des femmes). Il est clair qu’à cette époque il n’existait pas de plastique hypoallergénique. On a pu observer de nombreuses tétines aux formes différentes, en lièges pour les plus fortunés, en os, en bois, mais aussi en corail ou en ivoire.

La forme des premières tétines ressemblait à l’embout des premiers biberons. Comme cet exemple ici, un Biberonde de Regensburg, Alemania (ca. 1350–800 a. e. c.). L’humain utilise donc déjà depuis bien longtemps d’autres moyens que l’allaitement maternel.

Un Biberonde de Regensburg, Alemania (ca. 1350–800 a. e. c.)
Étude 1 : la tétine diminue le risque de mort subite du nourrisson. Vrai √
Quatre études ont démontré un lien entre une baisse significative de la mort subite du nourrisson et l’usage de la sucette. La sucette est donc un facteur favorable dans la prévention de ce drame. Les cas de décès avaient déjà fortement diminué depuis les campagnes incitant les mamans à faire dormir leurs enfants sur le dos. Il est possible que l’utilisation de la sucette favorise cette position et empêche l’enfant de se retourner sur le ventre. Un autre facteur serait le dégagement plus important des voies respiratoires, et une diminution des apnées.

Étude 2 : La tétine ferait arrêter de téter le sein de sa mère trop tôt. Non démontré.
La sucette serait un facteur important du sevrage précoce chez l’enfant. D’une manière générale, il est conseillé à une mère qui allaite de manière naturelle de n’utiliser la sucette que le moins possible pour calmer l’enfant et sur de courtes périodes. O.M.S et spécialistes de l’allaitement sont d’accord sur ce point. Cependant, les dernières études n’ont pas pu mettre en évidence une corrélation entre sevrage précoce et sucette pour les enfants de moins de 6 mois.

Une étude canadienne conclut que l’usage de la tétine serait plutôt un indice d’un sevrage précoce existant. Votre bébé ne veut plus le sein, il se rabat sur celle-ci. Une autre étude bien menée n’a démontré aucune influence de celle-ci sur la durée de l’allaitement naturel.

Étude 3 : la tétine augmente le risque d’otite moyenne chez l’enfant. Vrai √
L’otite moyenne est une des maladies les plus fréquentes de nourrissons. Une étude finlandaise a clairement démontré un lien entre l’utilisation de la sucette et l’augmentation de cette infection. Il semble que ce soit moins un problème de bactéries présentes sur celle-ci qu’un dysfonctionnement de la trompe d’eustache provoqué par l’habitude de succions de bout de plastique artificiel.

Les auteurs de cette étude conseillent de limiter la sucette aux 10 premiers mois quand le besoin de succion et fort et que le risque d’otite moyenne est faible.

Étude 4 : La tétine peut déformer la dentition. Vrai √
L’utilisation de sucre de sirop ou de miel sur la sucette est évidemment propice aux caries. De plus, un emploi prolongé au-delà de 24 mois peut provoquer une déformation de la position de dents. Deux études prouvent que cette malocclusion ne se fait que lors d’un emploi exagérément prolongé de celle-ci. Cependant, les dentistes préfèrent l’utilisation de la sucette au pouce, parce que cette habitude est plus facilement corrigible. L’arrêt de la sucette et du pouce est fortement recommandé avant l’apparition des dents définitives.

Étude 5 : la tétine est vectrice de maladies. Non démontré
Toutes les études ont démontré la présence d’agents pathogènes sur les tétines. Mais la capacité d’une sucette à provoquer des infections significatives et aujourd’hui pas démontrées. Un entretien convenable et un nettoyage de la sucette sans produits chimiques dangereux pour l’enfant sont une évidence. Une étude suédoise va plus loin, et démontre que les parents qui sucent la tétine de leurs enfants pour la nettoyer diminuaient le risque d’allergie et d’eczéma de celui-ci. Certainement par un partage de microbiote parental à l’enfant.

Étude 6 : La tétine est efficace contre la douleur et l’agitation. Vrai √

La sucette est une alliée puissante pour calmer un bébé agité voire même le réconforter d’un petit bobo. Elle est utilisée en hôpital pour calmer l’enfant d’ailleurs. Une étude démontre même des effets plus puissants que les moyens habituellement utilisés.

Tétine et ostéopathie de l’enfant.
En tant qu’ostéopathe à Lausanne, les parents me posent souvent la question des bienfaits ou méfaits de la tétine. Plutôt que d’avoir une réponse non nuancée, je préfère leur faire part des résultats de ces différentes recherches. Recherches qui ne cessent d’évoluer d’ailleurs. Il est impossible de trancher, et il est souvent intéressant d’avoir l’avis des parents.

À ce sujet si vous avez des expériences à nous faire part, ou des astuces pour faire arrêter la tétine à votre enfant, n’hésitez donc pas à nous laisser un commentaire.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *